Veiller au bien-être d’un chat à tout moment

En matière de soins pour chat, entre l’identification, les vaccins et les vermifuges, le budget peut très vite monter en flèche. Il a été estimé, qu’en moyenne, les frais de santé d’un animal de compagnie représenteraient plusieurs centaines d’euros par an. En parallèle, un chat n’est jamais à l’abri d’un accident, et ce genre de situation peut engendrer des dépenses importantes. De plus, il n’est point rare que les propriétaires se retrouvent dans l’incapacité de payer à leur animal les soins et traitements dont celui-ci aurait besoin.

Assurer un chat, c’est se protéger des dépenses vétérinaires élevées, tout en le protégeant et lui garantir son bien-être, en toutes circonstances.

Bien choisir une assurance pour chat

L’assurance pour chat propose de nombreuses formules, afin que le propriétaire puisse choisir celle qui serait la plus adaptée à son animal ainsi qu’à ses conditions de vie. Aussi, les taux de remboursements sont dépendants de chaque formule, compris dans un intervalle de 50 à 100 %. Il en est de même pour les prix qui peuvent doubler d’une assurance à une autre. Ainsi, avant de souscrire à une assurance, il est fortement conseillé se pencher de près sur la franchise, c’est-à-dire aux frais qui ne seront pas remboursés. Le plafond de la limite de remboursement varie également selon l’offre choisie. Le délai de carence n’est pas non plus à minimiser. C’est la période entre la date de la signature du contrat et la période à laquelle il deviendra effectif. Il peut aller de 7 à 180 jours. Durant ce laps de temps, le chat, même assuré, ne pourra pas encore bénéficier des avantages du contrat souscrit.

Les conditions exigées par l’assurance : l’âge et la race du chat

Pour souscrire à une assurance pour chat, celui-ci doit au moins être âgé de 3 mois, soit tatoué ou possédant une puce électronique. Également, un chat de plus de 10 ans ne pourra plus être assuré. Il existe même des assurances qui limitent l’âge du chat à 5 ans. Il faut aussi noter que certaines races de chats sont plus fragiles que d’autres si bien que leurs cotisations seront plus élevées. A cet effet, l’état de bonne santé du chat doit être attesté par une simple déclaration du propriétaire, un certificat vétérinaire, ou un bilan de santé. Le chat doit également être à jour d’un certain nombre de vaccins. Ce sont, entre autres, les vaccins contre la leucose, le typhus et le coryza. Il faut également retenir que l’animal ne doit pas avoir de maladie congénitale, héréditaire, chronique ou récidivante. S’il a subi une maladie au moins 3 fois au cours de l’année précédente, elle sera exclue des garanties. Le chat peut même être refusé en assurance.

Les remboursements possibles

Si on souscrit pour une formule « premium », on peut profiter du remboursement partiel ou intégral des frais qui suivent : les vaccinations, les produits anti puces, anti-tiques et vermifuges et la stérilisation. En choisissant pour une formule « complète », on peut bénéficier du remboursement des consultations, médicaments prescrits et administrés en consultation, frais chirurgicaux, hospitalisations, radios, échographies et analyses en laboratoire. Plus d’informations sur le site www.tassurtonchat.com.