À titre de rappel, le port d’un collier est obligatoire pour les chiens, notamment dans les zones urbaines. Il s’agit d’une mesure de sécurité que chaque citoyen doit respecter. Afin de faire face à cette réglementation, tout propriétaire devra bien équiper son chien. Voici les critères de choix d’un collier pour chien.

 

Le confort et la praticité du collier

 

Le confort est un élément important à prendre en compte lors de l’achat d’un collier pour chien. Inutile de rappeler que les canidés sont aussi des êtres vivants. Ils ont donc de même besoin qu’on prenne soin d’eux. Il serait inhumain de mettre un collier trop serré autour du cou de son chien. Afin de lui épargner toute souffrance, il est préférable de se tourner vers les harnais avec mousse à mémoire. Ils sont plus confortables et se fixent généralement sur le dos ou sur le devant de l’animal. Il sera ainsi possible de partager un beau moment de complicité et de bonheur avec son chien. Mais le confort n’est pas le seul critère à considérer au moment de l’achat. Il y a aussi le côté pratique du collier.

À noter que les colliers étrangleurs et les harnais présentent quelques points communs. L’un d’entre eux est qu’ils sont sans danger pour la peau d’un chien. Bien évidemment, les gros colliers sont plus faciles à mettre et à enlever. Ils s’adressent plus particulièrement aux gros canidés (boxer, bouvier bernois, berger allemand, etc.). Bien entendu, il est facile de trouver un collier pour gros chien sur Internet. Il suffit de visiter un site web dédié aux chiens. Il faudra juste vérifier si le collier convoité s’ouvre aisément. D’un point de vue pratique, les harnais sont plus difficiles à mettre, notamment sur les chiens de grande taille. Malgré cet inconvénient, ils sont plus sécuritaires et réduisent les risques d’étranglement.

 

Le matériau constitutif du collier

 

Il est important de noter que chaque chien est unique. Il faudra donc trouver le meilleur collier pour bien contrôler son animal sur les voies publiques. Parmi les critères de choix à considérer au moment de l’achat, il y a le matériau constitutif du produit. Idéalement, il doit être à la fois solide et conforme au bien-être de l’animal. Le problème, c’est que les matières composant un collier pour chien sont très nombreuses. Il sera donc difficile de faire le bon choix parmi elles. Les colliers en cuir restent les meilleurs en matière de robustesse. Quoi qu’il en soit, ils ne sont pas adaptés à tous les chiens. Ils peuvent provoquer des démangeaisons insupportables chez ces derniers.

Il est tout à fait légal de se promener avec son chien dans les rues. Mais il est obligatoire d’attacher un collier sur le cou de l’animal. C’est un gage de sécurité pour tout propriétaire. Afin d’éviter tout risque de réaction allergique, mieux vaut opter pour un collier en nylon. Il est d’ailleurs apprécié pour sa solidité et sa résistance remarquables. Il faudra juste s’assurer de la qualité du produit lors de l’achat. Plus concrètement, les colliers en nylon fabriqués en Asie sont à éviter. Ils ont une mauvaise réputation d’un point de vue qualitatif. Ils affichent un prix très attractif en général, certes, mais se détériorent plus rapidement.


Avoir un chaton, c’est génial ! Il est si mignon, tout petit et il adore jouer. Beaucoup de familles franchissent le pas notamment durant l’été, lorsque les chatons ont été sevrés et peuvent être adoptés. Toutefois, il est important de ne pas oublier qu’un chaton, c’est également des responsabilités et qu’il y a beaucoup de soins à lui apporter.

Les soins à lui donner

Lorsqu’il est petit, c’est normalement la maman qui va s’occuper de prendre soin de son chaton. Aussi, si ce dernier n’a aucun traumatisme visible et semble en bonne santé, vous n’aurez pas besoin d’intervenir. C’est même mieux de laisser la nature faire son travail, puisque la mère va apprendre beaucoup de choses à son petit : la propreté, le léchage, le griffage, etc. Une fois que le chaton sera prêt à être sevré, c’est-à-dire aux alentours de 2 ou 3 mois, vous devrez prendre en charge sa santé. Pour commencer, une visite dans une clinique vétérinaire sur Mulhouse, par exemple, pourra vous être utile.

Il faut savoir qu’il est désormais obligatoire de faire identifier son animal de compagnie au moyen d’une puce électronique. Si cela peut représenter un coût, il est très important de le faire, notamment si vos animaux sortent. En effet, s’ils se perdent et qu’ils sont reccueillis par quelqu’un, ils pourront facilement être identifiés et donc vous être rendus. La première visite chez le vétérinaire sera également l’occasion de lui faire ses premiers vaccins, et de lui administrer certains médicaments comme un anti-puces et anti-tiques. Tous ces soins seront à renouveler assez régulièrement. Les vaccins auront, bien sûr, des rappels quelques mois plus tard. Il faudra aussi administrer un vermifuge au petit chat. Pour terminer, la première visite chez le vétérinaire sera tout simplement le moment pour s’assurer de la bonne santé du chaton.

Les bons réflexes à avoir

Si les premiers soins sont importants, il faudra également que vous appreniez à vous occuper de votre nouveau compagnon. Les chats sont réputés être plus indépendants que les chiens. Néanmoins, ce n’est pas pour autant qu’ils n’ont pas besoin d’être stimulés, au contraire. Vous pourrez acheter quelques jouets qui amuseront beaucoup le chaton lorsqu’il prendra ses marques chez vous. Pour trouver les meilleurs modèles, vous pouvez vous rendre dans une animalerie, ou même en commander sur internet. Toutefois, n’oubliez pas que les meilleurs jouets pour les chats sont souvent les élastiques et les boulettes d’aluminium … Il est aussi possible de trouver des tutoriels sur internet afin de créer vous-même des jeux pour votre ami à poil.

Aussi, vous devrez vous assurer de lui donner suffisamment de nourriture et que ses croquettes soient adaptées à son âge et à son mode de vie. L’eau devra être changée régulièrement afin qu’elle soit toujours claire. La litière doit rester propre, et vous devrez fournir un petit cocon à votre chat afin qu’il puisse y dormir tranquillement. Si vous avez des questions sur l’éducation d’un chaton, vous trouverez des informations dans certains livres. Vous pouvez aussi contacter votre vétérinaire, ou encore un comportementaliste animalier si vous étiez amené à rencontrer des problèmes avec l’éducation du chat.