Les diarrhées des veaux sont l’un des plus gros problèmes de santé chez ces jeunes animaux. Sachez que les nouveau-nés sont très fragiles, puisqu’ils n’ont pas d’anticorps à la naissance. Pour les éleveurs, ces gastro-entérites représentent un vrai fléau, étant donné qu’elles sont liées à un fort taux de mortalité chez ces petits ainsi que d’importantes pertes économiques. Afin de comprendre les causes de cette maladie et la prévenir, continuez votre lecture. Read More

chien

La gastrite est un mal dont souffre un peu souvent le chien. Dès lors qu’il commence à vomir fréquemment, dites-vous qu’il souffre d’une inflammation de muqueuse intérieure de son estomac. En fonction de sa persistance, la gastrite peut être qualifiée d’aiguë ou de chronique chez le chien. Le plus important peu importe le cas, est bien de soigner votre animal de ce mal qui le ronge. Découvrez dans cet article les actions à mener pour soigner votre chien de la gastrite. Read More

reptile

Favorisé par les croyances mythiques, l’élevage de reptiles était une activité très entreprise dans l’antiquité. Aujourd’hui, par contre, cette activité est surtout liée au désir d’avoir de nouveaux animaux de compagnie, de préserver une espèce, ou d’en étudier le comportement. Quoi qu’il en soit, l’élevage de reptiles implique forcément que ceux-ci soient nourris aux insectes. Voici ceux dont vous ne pourrez pas vous passer. Read More

Golden Retriever

Le Golden Retriever est un chien originaire de Grande-Bretagne, très intelligent, obéissant, et facile à éduquer. C’est aussi un chien puissant et particulièrement gourmand. Sa gourmandise lui crée souvent des problèmes articulaires dus à une prise de poids excessive. Il est donc important de surveiller son alimentation durant toute sa croissance. Voici comment nourrir votre Golden Retriever ? Read More


Les compléments alimentaires pour chat, par définition, sont des complexes vitamines et sels minéraux. On les donne pour combler les besoins nutritionnels et physiologiques de l’animal. Ils sont également administrés pour pallier aux carences alimentaires du félin.  

Les différentes caractéristiques d’un complément alimentaire

En complément avec la croquette chat stérilisé, il confère plusieurs avantages :

  • C’est une source de plusieurs nutriments indispensables ;
  • Il aide à prévenir plusieurs pathologies ;
  • Il est principalement utile pour les petits et les vieux chats.

Le complément alimentaire peut avoir plusieurs formes : des gélules, des pastilles, des piles, des poudres, des comprimés, des sirops, etc. Faites votre choix en fonction de votre animal. La plupart des félins rechignent à avaler des comprimés. Vous pouvez opter pour le sachet de poudre, à incorporer avec son repas de midi. Par ailleurs, sachez qu’il est fortement déconseillé de choisir la dose de complément vous-même, pour éviter le surdosage.

Les compléments alimentaires indispensables

Certains compléments sont indispensables au bien-être de l’animal. Si vous avez un chat fragile, souvent sujet à des troubles digestifs. Vous devez donner quelques compléments alimentaires en plus de la croquette chat stérilisé.

Herbe à chat 

L’herbe à chat est spécialement utile pour prévenir les problèmes digestifs. Ce sont surtout les chats d’appartements qui ont besoin de ce complément. L’herbe nettoie l’estomac et provoque la régurgitation de poils. Sachez que lorsque le tube digestif est obstrué par les poils, le chat risque des pathologies graves qui peuvent lui être fatales.

Les huiles

Les huiles végétales apportent à l’animal les micronutriments dont il a besoin. Ces compléments sont entre autres l’Oméga 6 et 3, le calcium, les vitamines ainsi que les oligo-éléments. Vous pouvez également lui donner des huiles de colza ou de soja, ces huiles sont bonnes pour l’ossature et la digestion. L’huile de paraffine, quant à elle, lutte contre la constipation et les crises d’indigestion.

Le kéfir de lait

Le kéfir de lait est obtenu à base de lait fermenté. C’est un complément riche en probiotique. Il aide également à remédier aux troubles digestifs. Il améliore le transit intestinal et prévient les flatulences et l’intolérance alimentaire.

Les compléments alimentaires non essentiels 

Les compléments alimentaires indispensables sont essentiels au bien-être de l’animal. Cependant, certains compléments sont facultatifs. Ils contribuent au bon développement de l’animal mais vous n’êtes pas obligé d’en donner à votre animal de façon systématique.

Le lait pour chat 

Ce lait spécial pour chat contient très peu de lactose, le chat peut en consommer sans craindre des crises d’indigestion. Il contient des vitamines ainsi que des calciums. Mais si vous nourrissez déjà votre animal avec de la bonne croquette chat stérilisévous n’êtes pas obligé de lui donner du lait.  Sachez par ailleurs qu’un excès de calcium et de vitamine D provoquent des problèmes dans les voies urinaires.

La taurine et la vitamine

Sachez que le chat ne peut pas fabriquer la vitamine D et la taurine par lui-même. Ces acides aminés sont pourtant responsables de la bonne vision ainsi que de la bonne contraction du muscle cardiaque du félin. Vous pouvez de temps à autre en donner à votre animal. Mais ce n’est pas obligatoire.


Le tamarin empereur est un primate fascinant dont le physique fait penser à un Sage du village. Il se reconnaît par une moustache blanche. Le tamarin empereur a été baptisé ainsi par un zoologiste suisse qui trouve une forte ressemblance entre sa moustache et celle de l’empereur allemand Guillaume II. Ce petit singe d’une taille de 23 à 26 centimètres vit dans les forêts tropicales, essentiellement dans l’Amérique du sud, en l’occurrence une partie du sud-est du Pérou, une partie de l’ouest du Brésil et une partie du nord de Bolivie.

Avec une longévité estimée entre 10 et 15 ans, le tamarin empereur figure parmi les animaux avec une espérance de vie plutôt supérieure. De la même famille que les ouistitis, le tamarin empereur est petit par sa taille, et également par son poids, comme il ne pèse en moyenne que 450 grammes. Pourvu d’une longue queue, entre 39 et 42 centimètres, le tamarin empereur l’utilise comme balancier quand il se déplace dans les arbres.

Le tamarin empereur dans une société conviviale et structurée

Le tamarin empereur vit en groupe de deux à huit individus, mâles et femelles. Une certaine hiérarchie est instaurée au sein de chaque clan puisque les membres attribuent en général la supériorité à la femelle la plus âgée. La communication se fait avec des cris et des flairs. Les sons varient selon les circonstances, et on note une certaine similitude entre leurs vocalisations et celles des oiseaux. Ces sonorités sont utilisées pour se communiquer, mais surtout pour prévenir d’un éventuel danger ou de la venue d’un prédateur : félin, rapace ou serpent. Les tamarins empereurs font également appel à la communication olfactive pour marquer leur identité et leur territoire.

Leurs déplacements sont aisés et rapides grâce à leur poids plume. Un tamarin empereur peut chercher sa nourriture en parcourant jusqu’à 2 km par jour. Omnivore, ce primate peut se nourrir de feuilles et de fruits, comme il s’alimente également d’insectes qu’il chasse dans les arbustes et les branches. La journée d’un tamarin empereur est disposée comme suit : ¼ de son temps servira à ses déplacements, de même que pour le repos, la chasse aux insectes constitue la majeure partie de son quotidien et il s’accorde un repas composé de végétaux tous les jours.

Le tamarin empereur dans une situation préoccupante

Le tamarin empereur commence à s’afficher dans la liste rouge mondiale des espèces menacées. Ainsi, on lui accorde des soins et des contrôles particuliers pour préserver le peuplement. Le tamarin empereur est une espèce qui se reproduit suffisamment pour avoir une multipare durant la vie d’une femelle. La gestation dure entre 140 et 145 jours, et la portée compte en général un petit, mais parfois, des jumeaux peuvent naître d’une même portée, et rarement, une femelle peut porter trois petits.

Cette espèce fait souvent l’objet de ventes et de trafics illégaux pour être domestiquée. La déforestation et les changements opérés sur son milieu naturel constituent également de menace. Le Pérou et le Brésil sont préoccupés par ces dangers qui impactent fortement sur l’avenir de ce primate. D’ailleurs, l’annexe II de la Convention de Washington l’inclut dans la liste des faunes et flores menacées par la commercialisation.

Le tamarin empereur, une espèce à voir absolument

Le tamarin empereur vit à l’autre bout du monde. Seulement, les amateurs d’animaux exotiques peuvent l’observer, le connaître et l’apprécier dans un milieu sécurisé et propice à son évolution. On peut très bien prendre plaisir rien que de voir sa jolie moustache blanche et sa longue queue rousse, mais on peut décupler ce plaisir en le regardant se déplacer avec une agilité incontestable.


Malheureusement, même aujourd’hui, de nombreuses tortues sont encore mal nourries, ce qui les rend malades et ne leur permet pas de vieillir correctement.

Les tortues européennes sont herbivores !

Afin de vous expliquer clairement pourquoi nos petites tortues ne peuvent être nourries qu’avec des aliments à base de plantes, nous aimerions tout d’abord vous donner quelques informations de base.

Le tube digestif est différent chez les herbivores et les carnivores. Les carnivores ont un long intestin grêle et un appendice et un côlon courts. Chez les herbivores, dont nos tortues, l’intestin grêle est raccourci et l’appendice et le côlon sont allongés.

La raison de cette différence apparaît clairement lorsque l’on considère l’habitat naturel de nos tortues.

L’habitat naturel des tortues européennes est couvert d’une végétation clairsemée, qui se dessèche presque complètement pendant les mois d’été. Les tortues européennes se trouvent exclusivement dans ces zones stériles et très calcaires et sont donc adaptées à une alimentation maigre. La nourriture optimale pousse donc sur une maigre prairie calcaire, herbes et graminées sauvages !

Ce n’est qu’au printemps et en automne que des pousses vertes et fraîches apparaissent pendant quelques semaines et que les prairies offrent aux tortues quelques plantes avec des fleurs. Vous pouvez à cette période aller en chercher et les déposer dans le terrarium de votre tortue. Si vous ne possédez pas encore un terrarium vous pouvez regarder sur ce site terrarium-tortue.fr

Après avoir été absorbés par la bouche, les aliments sont transportés plus loin à l’aide de la langue et atteignent l’estomac par l’œsophage. Une fois dans l’estomac, ils sont écrasés mécaniquement par la paroi musculaire de l’estomac. L’acide chlorhydrique et une enzyme dégradant les protéines appelée pepsine décomposent chimiquement la pulpe alimentaire. Une fois qu’ils atteignent l’intestin grêle, ils sont encore décomposés par l’acide pancréatique et les enzymes qu’il contient. De plus, le fluide alcalin est neutralisé afin que les enzymes ne perdent pas leur efficacité. De plus, la bile favorise la digestion et l’absorption des graisses. L’intestin grêle est principalement responsable des protéines animales, c’est pourquoi il est relativement court chez les tortues qui ne mangent que des aliments végétaux. Dans l’appendice et le gros intestin, la nourriture végétale est digérée et utilisée par des micro-organismes (bactéries et protozoaires), ce qui explique sa durée relativement longue. Les excréments sont finalement évacués par le rectum et le cloaque.

Les herbes et les herbes sauvages sont la nourriture principale

Dans leur habitat naturel, les animaux se nourrissent d’une grande variété de plantes, que l’on trouve également ici en France à savoir une grande variété d’herbes et de graminées sauvages.

Critères de sélection des plantes fourragères :

  • Les plantes ne doivent être ni toxiques ni fertilisées,
  • Elles ne doivent pas être ramassées sur le bord de la route,
  • Elles doivent être pauvres en protéines et en calories,
  • Elles doivent contenir beaucoup de fibres, de vitamines et de calcium

Voici quelques plantes fourragères adaptées :

Aloès, ortie, ail des ours, chardon-Marie, marguerites, feuilles de framboisier, trèfle blanc, grande bardane, pissenlit, onagre commune, achillée millefeuille, pensée, plantain à larges feuilles, chicorée commune, épilobe à feuilles étroites

Erreurs courantes dans l’alimentation des tortues

Les plantes riches en protéines et en calories, telles que le trèfle, le pissenlit, etc, sont trop pauvres en calcium. Il est préférable de couvrir le sol du terrarium extérieur à la fin de l’automne avec du calcaire de carrière. N’utilisez pas de chaux vive, elle est corrosive !!! Les jeunes plantes sont préférées par les tortues, cependant, elles contiennent trop peu de fibres et trop de protéines.


Dans les promenades quotidiennes avec votre chien, vous avez sûrement remarqué que, parfois, il mange de l’herbe. Ne vous inquiétez pas, c’est une habitude normale même si, par nature, ce sont des carnivores. Une étude de la revue scientifique WebMD indique que 80% des chiens mangent des plantes , en particulier de l’herbe.

 

Ci-dessous, nous vous expliquerons les raisons pour lesquelles votre chien mange de l’herbe afin que vous puissiez identifier son comportement et savoir quelle est la raison pour laquelle il ingère de l’herbe et d’autres plantes vertes trouvées dans la nature.

  • Maux d’estomac : Si votre chien a une mauvaise digestion ou si quelque chose l’a rendu malade, il est susceptible de manger de l’herbe pour se faire vomir et nettoyer son estomac de cette manière. Il le fera également s’il a accidentellement mangé un corps étranger tel qu’une balle ou une pierre. C’est la façon qu’ils ont trouvés pour expulser ce qu’ils ont dans l’estomac, ce qui leurs font mal afin qui se sentent mieux. L’herbe est une substance irritante qui provoque un épaississement de la paroi digestive et augmente la sécrétion de liquides, c’est pourquoi ils vomissent.
  • Incorporez des nutriments et des minéraux à son alimentation : L’herbe fournit des fibres, un ingrédient très efficace pour une bonne digestion. Cela ne signifie pas que leur alimentation quotidienne manque de nutriments ou qu’elle n’est pas complète et équilibrée, simplement, les chiens recherchent l’herbe comme instinct naturel de survie.
  • Habitude évolutive : Manger de l’herbe est une habitude héritée des loups, ancêtres des chiens. Ils incorporent de l’herbe dans leur alimentation car ils évoluent, c’est un moyen d’ajouter des fibres et des nutriments à leur alimentation quotidienne comme une simple habitude alimentaire.

Ces trois raisons sont les plus courantes , bien qu’il y en ait aussi d’autres comme, par exemple, lorsque l’herbe a des gouttes de pluie, ils en profitent pour l’ingérer et ressentent la sensation de fraîcheur dans leur bouche.

Si votre chien mange de l’herbe comme passe-temps, de temps en temps et ne vomit pas, vous ne devez pas vous inquiéter ni le gronder, bien que vous deviez être vigilant pour vous assurer qu’il n’ingère pas de plantes nocives pour sa santé, question santé, nous conseillons ce blog qui parle des chiens. Prenez des précautions et évitez de le faire manger de l’herbe qui est aspergée de pesticides. Mais si votre chien cherche continuellement de l’herbe (et pas d’autres plantes) pour provoquer des vomissements, consultez votre vétérinaire car il est probable que quelque chose le fasse se sentir mal, que sa digestion ne soit pas bonne, il faudra alors trouver un moyen d’expulser ce qu’il a dans son estomac et soulagez sa douleur.

Pourquoi les chiens mangent-ils de l’herbe et la jettent-ils ?

 

Comme nous l’avons expliqué précédemment, les chiens mangent de l’herbe puis la vomissent pour nettoyer leur estomac des substances nocives, soit parce que quelque chose les a fait se sentir mal et ne leur permet pas de bien digérer, soit en raison de l’ingestion d’un corps étranger qui leur cause une gêne.

Pour ces animaux, manger de l’herbe est le moyen naturel pour eux de produire eux-mêmes des vomissements et ainsi soulager la douleur ou l’inconfort qu’ils ressentent.

C’est quelque chose de naturel dont nous ne devrions pas nous inquiéter si cela arrive de temps en temps et que notre chien est en bonne santé. Au moment où ils vomissent, ils doivent être observés pour s’assurer qu’ils expulsent le contenu de leur estomac sans problème , qu’ils ne s’étouffent avec rien.

Si vous constatez que votre animal cherche de l’herbe et la vomit toujours, jour après jour, il est fort probable qu’il ait des difficultés digestives ou que son alimentation quotidienne soit insuffisante ou bien, de mauvaise qualité. Dans ce cas, consultez votre vétérinaire, il est spécialiste, le seul qui peut diagnostiquer ce qui lui arrive et mettre une solution au problème. De plus, si un animal provoque continuellement des vomissements pour expulser un corps étranger, il peut aggraver encore ses douleurs à l’estomac, car une gastrite peut survenir.

Certains experts indiquent que manger de l’herbe sur une base continue peut être dû à l’ennui ou à un autre comportement plus profond de votre animal qui peut être passé inaperçu par le maître. Il se peut aussi qu’il n’assimile pas correctement certains aliments de son alimentation habituelle. Vous trouverez des informations complémentaires sur le sujet avec cet article détaillé.

Que faire si mon chien en mange régulièrement ?

Par conséquent, si vous voyez que la pratique de l’ingestion d’herbe est quelque chose de très courant chez votre animal, il serait préférable d’en discuter avec votre vétérinaire.

Votre chien vomit-il continuellement en mangeant de l’herbe? Mange-t-il d’autres types de pousses et de plantes qu’il trouve dans la nature? Aime-t-il manger de l’herbe comme passe-temps et ne vomit pas après ?


À titre de rappel, le port d’un collier est obligatoire pour les chiens, notamment dans les zones urbaines. Il s’agit d’une mesure de sécurité que chaque citoyen doit respecter. Afin de faire face à cette réglementation, tout propriétaire devra bien équiper son chien. Voici les critères de choix d’un collier pour chien.

 

Le confort et la praticité du collier

 

Le confort est un élément important à prendre en compte lors de l’achat d’un collier pour chien. Inutile de rappeler que les canidés sont aussi des êtres vivants. Ils ont donc de même besoin qu’on prenne soin d’eux. Il serait inhumain de mettre un collier trop serré autour du cou de son chien. Afin de lui épargner toute souffrance, il est préférable de se tourner vers les harnais avec mousse à mémoire. Ils sont plus confortables et se fixent généralement sur le dos ou sur le devant de l’animal. Il sera ainsi possible de partager un beau moment de complicité et de bonheur avec son chien. Mais le confort n’est pas le seul critère à considérer au moment de l’achat. Il y a aussi le côté pratique du collier.

À noter que les colliers étrangleurs et les harnais présentent quelques points communs. L’un d’entre eux est qu’ils sont sans danger pour la peau d’un chien. Bien évidemment, les gros colliers sont plus faciles à mettre et à enlever. Ils s’adressent plus particulièrement aux gros canidés (boxer, bouvier bernois, berger allemand, etc.). Bien entendu, il est facile de trouver un collier pour gros chien sur Internet. Il suffit de visiter un site web dédié aux chiens. Il faudra juste vérifier si le collier convoité s’ouvre aisément. D’un point de vue pratique, les harnais sont plus difficiles à mettre, notamment sur les chiens de grande taille. Malgré cet inconvénient, ils sont plus sécuritaires et réduisent les risques d’étranglement.

 

Le matériau constitutif du collier

 

Il est important de noter que chaque chien est unique. Il faudra donc trouver le meilleur collier pour bien contrôler son animal sur les voies publiques. Parmi les critères de choix à considérer au moment de l’achat, il y a le matériau constitutif du produit. Idéalement, il doit être à la fois solide et conforme au bien-être de l’animal. Le problème, c’est que les matières composant un collier pour chien sont très nombreuses. Il sera donc difficile de faire le bon choix parmi elles. Les colliers en cuir restent les meilleurs en matière de robustesse. Quoi qu’il en soit, ils ne sont pas adaptés à tous les chiens. Ils peuvent provoquer des démangeaisons insupportables chez ces derniers.

Il est tout à fait légal de se promener avec son chien dans les rues. Mais il est obligatoire d’attacher un collier sur le cou de l’animal. C’est un gage de sécurité pour tout propriétaire. Afin d’éviter tout risque de réaction allergique, mieux vaut opter pour un collier en nylon. Il est d’ailleurs apprécié pour sa solidité et sa résistance remarquables. Il faudra juste s’assurer de la qualité du produit lors de l’achat. Plus concrètement, les colliers en nylon fabriqués en Asie sont à éviter. Ils ont une mauvaise réputation d’un point de vue qualitatif. Ils affichent un prix très attractif en général, certes, mais se détériorent plus rapidement.


Avoir un chaton, c’est génial ! Il est si mignon, tout petit et il adore jouer. Beaucoup de familles franchissent le pas notamment durant l’été, lorsque les chatons ont été sevrés et peuvent être adoptés. Toutefois, il est important de ne pas oublier qu’un chaton, c’est également des responsabilités et qu’il y a beaucoup de soins à lui apporter.

Les soins à lui donner

Lorsqu’il est petit, c’est normalement la maman qui va s’occuper de prendre soin de son chaton. Aussi, si ce dernier n’a aucun traumatisme visible et semble en bonne santé, vous n’aurez pas besoin d’intervenir. C’est même mieux de laisser la nature faire son travail, puisque la mère va apprendre beaucoup de choses à son petit : la propreté, le léchage, le griffage, etc. Une fois que le chaton sera prêt à être sevré, c’est-à-dire aux alentours de 2 ou 3 mois, vous devrez prendre en charge sa santé. Pour commencer, une visite dans une clinique vétérinaire sur Mulhouse, par exemple, pourra vous être utile.

Il faut savoir qu’il est désormais obligatoire de faire identifier son animal de compagnie au moyen d’une puce électronique. Si cela peut représenter un coût, il est très important de le faire, notamment si vos animaux sortent. En effet, s’ils se perdent et qu’ils sont reccueillis par quelqu’un, ils pourront facilement être identifiés et donc vous être rendus. La première visite chez le vétérinaire sera également l’occasion de lui faire ses premiers vaccins, et de lui administrer certains médicaments comme un anti-puces et anti-tiques. Tous ces soins seront à renouveler assez régulièrement. Les vaccins auront, bien sûr, des rappels quelques mois plus tard. Il faudra aussi administrer un vermifuge au petit chat. Pour terminer, la première visite chez le vétérinaire sera tout simplement le moment pour s’assurer de la bonne santé du chaton.

Les bons réflexes à avoir

Si les premiers soins sont importants, il faudra également que vous appreniez à vous occuper de votre nouveau compagnon. Les chats sont réputés être plus indépendants que les chiens. Néanmoins, ce n’est pas pour autant qu’ils n’ont pas besoin d’être stimulés, au contraire. Vous pourrez acheter quelques jouets qui amuseront beaucoup le chaton lorsqu’il prendra ses marques chez vous. Pour trouver les meilleurs modèles, vous pouvez vous rendre dans une animalerie, ou même en commander sur internet. Toutefois, n’oubliez pas que les meilleurs jouets pour les chats sont souvent les élastiques et les boulettes d’aluminium … Il est aussi possible de trouver des tutoriels sur internet afin de créer vous-même des jeux pour votre ami à poil.

Aussi, vous devrez vous assurer de lui donner suffisamment de nourriture et que ses croquettes soient adaptées à son âge et à son mode de vie. L’eau devra être changée régulièrement afin qu’elle soit toujours claire. La litière doit rester propre, et vous devrez fournir un petit cocon à votre chat afin qu’il puisse y dormir tranquillement. Si vous avez des questions sur l’éducation d’un chaton, vous trouverez des informations dans certains livres. Vous pouvez aussi contacter votre vétérinaire, ou encore un comportementaliste animalier si vous étiez amené à rencontrer des problèmes avec l’éducation du chat.